excuses ou pas d'excuses

L’autre soir, avant de me coucher, je regarde quelques minutes Instagram. Oui, je sais, ce n’est pas la meilleure chose à faire avant de dormir et vous avez raison…

Mais qui a dit que j’étais parfait ? 😉

Je regarde donc Instagram, je fais défiler quelques stories de gens que je suis.

Et là, je tombe sur celle de Mike Horn annonçant qu’il organise une petite session rencontre à Lausanne !

Pour ceux qui ne connaissent pas Mike Horn, c’est un explorateur / aventurier qui a quelques exploits à son actif…

Descente de l’Amazone en hydro speed, tour du monde sur l’équateur sans véhicule à moteur, certains des plus hauts sommets du monde, la traversée de l’Antarctique et j’en passe…

En bref, c’est un personnage très inspirant selon moi et je vous encourage à jeter un œil à ses livres…

Ses livres ont fortement participé à mon évolution et m’ont encouragé à marcher sur le chemin que j’ai choisi aujourd’hui…

Revenons-en à nos moutons, je vois son annonce sur Instagram et le meetup est organisé le lendemain à Lausanne dans un lieu qui ne sera révélé que peu de temps avant la rencontre.

Jusque-là rien d’extraordinaire vous allez me dire…

J’ai inventé des excuses …

Je suis comme un fou tel un vrai fan boy qui a l’occasion de rencontrer une personne qui l’inspire énormément !

Sauf que juste après cette excitation, un étrange sentiment d’angoisse m’envahit. Mon cerveau commence à retourner toute cette histoire et je me laisse entrainer impuissant dans d’autres pensées…

« Le meetup est demain, moi je suis à la montagne à 150 km, je garde les 3 animaux de mes parents qui sont en vacances et il faudrait que je parte demain matin ? »

« Un des chats est malade en voiture et l’autre miaule tout le long, ça va être un enfer de redescendre, il faut que je les pose à Genève pour ensuite aller à Lausanne… » 

« Il va falloir que je conduise beaucoup, j’ai la flemme »

« Si ça se trouve, je vais aller là-bas et Mike Horn ne sera pas sympa, il va juste faire quelques dédicaces et ça ne sert à rien du tout que j’aille là-bas… »

Et d’autres…

Ne rigolez pas ! Je suis sûr que ça vous est déjà arrivé de vous laisser piéger par une vague d’excuses créées par votre cerveau.

Car oui on parle bien d’excuses. Toutes ces choses que je me suis dites sont purement et simplement des excuses pour ne pas affronter quelque chose qui me faisait peur :

« Rencontrer une personne qui indirectement m’a beaucoup apporté… »

Il est temps de faire une pause…

Je suis donc totalement perdu dans des excuses bidon et commence à ne plus avoir envie d’y aller. Mon excitation du départ « POUF » envolée, elle laisse place au doute et à l’angoisse.

Heureusement, Brittany, ma compagne, me voit partir en vrille et me dit « Yannick ce serait vraiment dommage de rater une opportunité comme celle-ci, laisses tout ça de côté pour ce soir et demain on ne se lève pas trop tard et on décide ».

J’accepte de suivre ses paroles de sagesse et je m’endors (j’avoue, ça a quand même encore tourné un petit moment dans ma tête :p)

Et si on cherchait des solutions ?

Le lendemain, je me réveille et je me repasse toutes les limites que je m’étais fixées pour ne pas aller à Lausanne la veille.

Je les regarde naturellement avec du recul, les émotions de la veille ont été effacées par la nuit et je reprends chacune de ces excuses une par une.

C’est loin : Ouai, enfin bon, 2h de route, ce n’est pas non plus horrible. Quand tu as fait 10h de bus au Sri Lanka, ce n’est pas 2h en voiture tout confort qui vont m’empêcher d’y aller…

Les animaux vont être malades : de toute façon ils vont l’être. Si je ne les ramène pas à Genève aujourd’hui, je devrais les redescendre dans quelques jours…

Encore une excuse qui ne tient pas la route…

Ça va surement être nul comme rencontre : alors là, c’est la plus nulle de toutes les excuses ! Il n’y a qu’un moyen de le savoir, c’est d’y aller.

Au pire, si c’est nul, ce n’est pas grave non ?

Je ne vais pas toutes vous les faire, vous avez compris l’idée.

C’est fou comme des limites qui me paraissaient infranchissables la veille, s’érodent en quelques secondes sous l’action du détachement et de la réflexion calme.

Je vous jure que quelques heures plus tôt ces excuses avaient pris des proportions énooooooooormes !

saisir les opportunités

Chercher des solutions à vos excuses et limites

On se cherche tous des excuses pour ne pas avancer…

Mais alors, pourquoi je vous raconte ma vie ?

 Je pense que l’on vit tous des moments où l’on se crée des limites mentales, où l’on trouve des excuses pour ne pas tenter quelque chose de nouveau.

On rate des opportunités que la vie nous offre pour de sombres et bêtes raisons. Parfois même la peur que cela nous apporte quelques choses de positif.

L’humain est étrange…

Il est capable de s’autosaboter pour ne pas saisir des opportunités qui auraient pu le mener à la réussite de ses rêves, mais qui lui aurait demandé de s’adapter et de s’aventurer en zone inconnue…

Pour vous, lorsque vous avez lu pour la première fois les excuses que je m’étais inventées, vous avez tout de suite vu que c’était irréel. 

Vous avez sûrement imaginé des solutions à ces pseudos problèmes en quelques secondes.

En revanche, lorsque ce sont nos propres excuses, l’on n’arrive pas à prendre du recul, ces obstacles semblent vraiment réels et infranchissables…

Prenez du recul !

La prochaine fois que cela vous arrivera, prenez de la distance et analysez calmement vos limites et ces soi-disant problèmes que vous avez trouvés…

Je vous mets dans la suite de l’article un petit exercice pour vous faciliter ce détachement et vous aider à saisir cette nouvelle opportunité que vous ne voulez pas laisser passer !

Heureusement que je me suis lancé !

Mais avant l’exercice, finissons mon histoire sur une note positive. 

Une fois mes limites effacées, nous sommes descendus de la montagne à cheval… Euh non en voiture accompagnée de toute la ménagerie.

Nous avons posé les animaux à Genève et direction Lausanne !

Après un petit jeu de piste sur Instagram pour trouver le lieu de rencontre, nous sommes arrivés.

Croyez-moi quand je vous dis que rater cette opportunité aurait été vraiment dommage !

Non seulement c’était vraiment top, mais c’était extrêmement enrichissant !

Toutes les personnes présentes ont pu poser des questions et malgré le nombre de personnes présentes, l’ambiance était géniale et simple.

Mike Horn a pris du temps pour chaque question et ses conseils étaient emplis de sagesse et de bienveillance.

J’ai également pu discuter longuement avec ses deux filles Jessica et Annika Horn, deux personnes passionnantes et également très inspirantes.

Je remercie d’ailleurs toute la famille Horn pour leur générosité et leurs sourires.

Tout ça pour dire que si j’avais écouté ces pensées limitantes de la veille, j’aurais raté une journée tellement cool !

Une solution pour contrer vos excuses !

J’en ai déjà parlé dans cet article, mais lorsque l’on commence à s’enfermer dans son gouffre d’excuses et de pensées limitantes, il n’y a qu’un seul moyen de s’en sortir.

Prendre du recul… Facile à dire, je sais…

Pour se détacher un peu de son fil de pensées, il y’a deux solutions :

Soit une personne extérieure vous aide à en sortir (par exemple Brittany qui m’a dit d’aller me coucher et que l’on déciderait demain tranquillement).

Ou alors, si vous êtes seul à ce moment-là, le mieux c’est de passer par l’écrit.

Le fait d’écrire va vous permettre de prendre de la distance avec vos pensées et de pouvoir les analyser de manière plus objective et logique.

Pour cette deuxième option, je vais vous donner une petite routine, qu’il vous suffira de suivre pour vous aider à surmonter ses excuses et pouvoir saisir les opportunités qui se présentent à vous plus facilement.

Pour l’exemple, on va imaginer que vous souhaitez faire votre premier weekend, seul dans une ville que vous ne connaissez pas.

Malheureusement, vous avez peur de vous lancer et vous hésitez.

Étape 1 : Posez tout sur papier

Prenez une feuille ou un cahier et notez toutes les raisons qui font que vous ne voulez pas y allez :

  • Un weekend c’est trop court pour voir un lieu.
  • Seul, je vais m’ennuyer.
  • Comment je fais si je me perds.
  • Il faut prendre le train et je n’aime pas le train, etc.

Sortez toutes ces pensées qui vous parasitent et couchez-les sur le papier.

Étape 2 : Faites une pause !

Allez méditer un moment
 ou
prenez une bonne nuit de sommeil
ou
allez voir des amis

Peu importe, mais prenez au moins une heure de pause pour faire autre chose.

Étape 3 : cherchez des solutions 

Reprenez votre feuille et lisez la première excuse/ limite que vous aviez notée.

Pour cette excuse, vous allez lui trouver une ou deux solutions, tout simplement.

Un weekend c’est trop court : oui, mais le but n’est pas de tout voir en un weekend. Il est possible de faire énormément de choses et vivre de super expériences.

Seul, je vais m’ennuyer : je peux aller dans une auberge de jeunesse plutôt qu’un hôtel, il y’a plein de gens sympathiques avec qui je pourrais faire des activités au besoin.

Il existe même des applications pour rencontrer des locaux. (Ayez du bon sens au niveau de votre sécurité, lieu public, etc.).

Vous pouvez aussi utiliser un site comme coachsurfing qui permet de loger chez des habitants 🙂

Continuez pour chacune de vos excuses et trouvez une ou deux solutions pour chaque problématique.

Étape 4 : Regardez l’ensemble !

À ce niveau-là, il y’a déjà de fortes chances pour que vos excuses aillent perdu beaucoup de leur force.

Relisez simplement les excuses et leurs solutions et posez-vous la question : « finalement est-ce que ce problème est si insurmontable que ça ? Où la solution que vous avez trouvée convient parfaitement ? »

Étape 5 : Foncez !

La vie est remplie d’opportunités et de nouvelles expériences enrichissantes qui ne demandent qu’à être explorée.

Essayez, vous serez surpris de toutes les belles choses qui pourront vous arriver…

Voilà, j’ai fini de raconter ma vie, merci de m’avoir lue jusqu’au bout !

De votre côté, vous est-il déjà arrivé ce genre d’histoire, des moments où si vous vous étiez écouté, vous auriez raté une magnifique opportunité ?

Racontez-moi tout ça en commentaire pour que l’on s’inspire tous !

 

Partager l'article :
  •  
  •  
  • 11
  •  
  •  
  •  
  •   
  • 11
  •  
  •  
  •